< Browse more articles

En réponse à une question de l’ACH, Transports Canada a indiqué dans une récente communication aux exploitants de services aériens que les compagnies aériennes devraient se préparer pour la date originale de décembre 2020 pour l’entrée en vigueur du RAC 705 sur la gestion de la fatigue, tout en indiquant que cette échéance pourrait être repoussée. Les compagnies aériennes traversent les temps les plus difficiles de leur histoire. La situation est pire que celle qui a suivi l’attentant 9/11. Bien qu’il ait accordé une aide importante à l’industrie canadienne dans l’ensemble, le gouvernement fédéral n’a pas encore offert un soutien spécifique aux transporteurs aériens, outre le soutien accordé aux exploitants qui desservent le Nord.

L’ACH a demandé au gouvernement fédéral de reconnaître la gravité des contraintes auxquelles les exploitants de services aériens sont confrontés, et particulièrement en ce qui concerne l’industrie de l’hélicoptère au Canada. Les membres exploitants de l’ACH fournissent des services essentiels à des collectivités éloignées dans des circonstances où nos clients n’ont aucun autre moyen de répondre à leurs besoins, et ce n’est pas seulement dans le Nord. Ensuite, une prolongation de la date de mise en vigueur pour les compagnies aériennes et, par extension, l’industrie de l’hélicoptère, ne changerait en rien notre déficit de 346 millions de dollars, mais cette prolongation démontrerait une certaine sensibilité aux circonstances difficiles auxquelles la communauté de l’aviation est confrontée aujourd’hui. Particulièrement en ce qui concerne l’industrie de l’hélicoptère, une prolongation de la date de mise en vigueur de la réglementation relative à la gestion de la fatigue prévue pour décembre 2020, nous aiderait à récupérer de la situation financière causée par la pandémie.