< Browse more articles

Notre industrie a récemment été confrontée à de nombreux défis, dont une lente saison de lutte contre les incendies, la perspective de changements prochains à la réglementation relative aux temps de vol et de service vol, des modifications au Code canadien du travail qui réduiront la productivité de nos travailleurs, les nouvelles lois relatives à la consommation de cannabis, une nouvelle taxe sur le carbone et l’intégration du nombre croissant de drones dans l’espace aérien, par exemple. Si vous n’êtes pas en mesure de vous attaquer seul à ces sujets, vous devriez vous joindre à vos confrères de l’industrie de l’hélicoptère. Nous sommes plus forts ensemble, et si nous parlons d’une voix unifiée en joignant nos efforts à ceux d’autres segments de l’industrie qui partagent nos préoccupations, nous pouvons changer le cours de ces lois oppressives. On dit parfois que la misère aime la compagnie. En effet, tous les autres segments de l’industrie de l’aviation font face aux mêmes défis.  Les voix des divers membres de notre industrie et de l’industrie de l’aviation commerciale en général doivent être entendues pour que le gouvernement comprenne bien les implications de ses politiques et leur impact sur notre industrie, sur les collectivités canadiennes et sur les entreprises et populations que nous desservons. C’est en nous faisant bien entendre sur les enjeux et les difficultés qui se présentent à notre industrie, que se soit par le biais des comités de l’ACH ou directement par notre conseil d’administration ou le président de l’ACH, nous pouvons améliorer les circonstances dans lesquelles notre industrie doit opérer. Lors de temps difficiles, il est encore plus important de manifester vos préoccupations pour que nos voix soient bien entendues et comprises à Ottawa.