< Browse more articles

Prolongations aux PPC et aux examens médicaux

Pour commencer, je tiens à remercier tous les membres exploitants qui ont répondu au sondage de Transports Canada sur la prolongation des exigences relatives aux PPC au-delà du 1er août 2020 – soit directement à Transports Canada ou par l’intermédiaire de l’ACH. Certains d’entre vous avez présenté des soumissions directement à Transports Canada, d’autres ont communiqué avec l’ACH par courriel, et certains m’ont téléphoné directement pour parler de la question. J’apprécie grandement tous vos commentaires.

Certains d’entre vous avez été très prophétiques quand vous avez dit (je paraphrase l’idée générale) : « Comme nous ne croyons pas Transports Canada quand il dit qu’il prolongerait les exigences PPC au-delà du 1er août 2020, nous avons formé notre personnel dès le mois de mars. » Transports Canada n’a pas déclaré qu’il prolongerait les PPC au-delà du 1er août, mais il fut clair lors d’une récente téléconférence hebdomadaire avec Transports Canada sur la COVID-19 que le ministère considère des alternatives à une autre prolongation. Au départ, l’ACH avait avancé que la première prolongation aurait dû être établie au 31 octobre 2020 pour nous permettre de bien conduire nos opérations pendant l’été et l’automne. Transports Canada avait alors rejeté cette proposition en faveur d’une prolongation de mi-saison, soit le 1er août, en raison des « risques » qui pourraient être posés par une prolongation plus longue. Le ministère a toutefois indiqué qu’il considérerait une autre prolongation, si nécessaire, à mesure que nous approchons le 1er août. L’une des possibilités étudiées est une solution de formation de développement de compétences. L’ACH appuie depuis longtemps ce principe de formation, mais l’idée que cette formation pourrait être donnée comme alternative à une deuxième prolongation, pendant une pandémie et en plaine saison, est simplement inconcevable.

À cette étape de la saison, une formation nécessiterait de mobiliser des pilotes formateurs qui travaillent déjà dans des régions éloignées du Canada, ou d’interrompre des opérations de lutte contre les incendies, par exemple. Tous qui participent à des activités de formation, que ce soit dans des campements ou en vol, sont exposés à la possibilité de contracter la COVID-19.

L’ACH et ses membres ont consacré beaucoup de temps à la collecte d’informations sur ce sujet, mais à la suite de discussions avec Transports Canada, l’ACH se demande toutefois si les officiels de TC ont bien compris le sérieux de la question.  Notre soumission présente des commentaires de certains de nos membres qui considèrent qu’ils ne peuvent pas avoir confiance en Transports Canada pour comprendre notre industrie. C’est pourquoi, au mois de mars, certains exploitants ont décidé d’organiser leurs propres formations PPC. Les discussions avec TC n’ont rien fait pour nous donner quelque confiance que ce soit à l’égard de ses promesses ou décisions.

Le même raisonnement s’applique à la prolongation des exigences relatives aux certificats médicaux pour ceux qui ont bénéficié de la prolongation jusqu’au 1er août. Comment peut-on s’attendre de trouver un médecin examinateur de l'aéronautique civile en juillet, comme dans une situation de lutte contre les incendies en Alberta par exemple? Suivez notre bulletin et nos communiqués futurs pour plus d’informations à mesure qu’elles deviennent disponibles.

Pour lire la soumission de l’ACH, cliquez ici,