< Browse more articles

Comme vous le savez sans doute déjà, Transports Canada et l’industrie de l’aviation s’apprêtent à lancer une série de projets pilotes SGRF (systèmes de gestion des risques liés à la fatigue) afin d’identifier des exemples probants de SGRF et de valider leur pertinence. 

Plusieurs de nos membres exploitants se sont portés volontaires pour participer à cette étude. 

Si notre industrie veut obtenir un allègement des normes prescriptives de la nouvelle réglementation qui doit entrer en vigueur dans trois ans, cette étude semble prometteuse. Il reste à voir si un SGRF pourra être plus adaptable à la « taille et à la nature de petits exploitants » que les systèmes de gestion de la sécurité (SGS). Le coût et la complexité du développement d’un SGRF seront des questions critiques pour déterminer si les exploitants pourront alléger le fardeau de ce système en adoptant plutôt un système de gestion de la sécurité (SGS), ou s’ils seront pris avec les conditions et les dispositions d’une réglementation prescriptive. Les projets pilotes seront une validation critique pour l’industrie de l’hélicoptère, mais Transports Canada n’a pas encore déterminé comment il traitera des dossiers de sécurité et de leur validation dans le contexte d’opérations non planifiées.

L’ACH travaillera de près avec Transports Canada et les exploitants participants en espérant que les dossiers de sécurité auront une application générale dans l’industrie afin que d’autres exploitants puissent bénéficier d’un allègement dans les mêmes domaines et tirer profit de l’application de SGRF qui amélioreront la sécurité tout en allégeant le fardeau de la nouvelle réglementation.

L’ACH prône un examen des dossiers de sécurité dans trois domaines clés qui devraient satisfaire les deux objectifs. Suivez les prochains numéros de ce bulletin pour les derniers développements des projets pilotes.