< Browse more articles
Une gouvernance, une gestion, une planification financière et des bénévoles de qualité ont tous une incidence sur la prestation de produits et services associatifs

 Dans le monde en rapide évolution de la gouvernance et de la gestion d’association, le défi le plus important et constant pour les leaders d’association est d’assurer la pertinence pour les membres, et gérer les attentes de ces derniers. Très peu de membres d’association obtiennent et maintiennent leur adhésion dans le simple but de soutenir la cause ou la profession. Ils souhaitent au contraire que leur association leur fournisse les meilleurs produits les plus récents qui assurent un service à valeur ajoutée et des possibilités de croissance personnelle et de perfectionnement professionnel. Le défi pour les associations, surtout en raison de revenus souvent à la baisse, est de s’assurer qu’elles ont les ressources (humaines, financières, technologiques, etc.), et les meilleurs structures et systèmes de gouvernance et de gestion afin de fournir ce que veulent les membres, ce dont ils ont besoin, et parfois très franchement, ce qu’ils demandent.

L’agrément officiel octroyé par l’organisme d’agrément du secteur d’activités d’une association ou d’un secteur connexe, bien qu’il ne soit pas un produit ou service traditionnel, est selon moi un moyen d’aider l’association à livrer ce que veulent les membres et ce à quoi ils d’attendent. Comment est-ce possible direz-vous? C’est là une question légitime et la meilleure façon d’y répondre est de souligner brièvement l’expérience de mon association avec le Programme de normes et le processus d’agrément d’Imagine Canada.

L’agrément et la marque de confiance Imagine Canada

En mai 2014, Imagine Canada (l’organisation qui chapeaute les organismes de bienfaisance et sans but lucratif au Canada) octroyait à mon association, l’Association des malentendants canadiens – Terre-Neuve (CHHA-NL) son agrément officiel (voir ci-après une image du Sceau de confiance et les conditions pour son utilisation), en vertu de son Programme de normes lancé en 2012, à l’issue d’un processus de développement de six ans. L’annonce officielle par Imagine Canada reconnaissait 27 nouvelles organisations ayant reçu leur agrément, portant le total à 109 au Canada (CHHA-NL est la première à T.-N.). La liste complète des organisations agréées au Canada est affichée à :
http://www.imaginecanada.ca/our-programs/standards-program/accredited-organizations

TAAarticle2ENG July202015 LeonAMills dj16« Le sceau de confiance du Programme de normes indique qu’un organisme se conforme à toutes les normes d’Imagine Canada. L’organisme agréé est autorisé à utiliser le sceau de confiance pour une période de cinq ans, à condition qu’il paie les frais de licence annuels et démontre sa conformité aux normes en soumettant un rapport à cet effet tous les ans. Les objectifs du programme de normes sont de promouvoir l’excellence au sein des organismes de bienfaisance et sans but lucratif canadiens grâce à des normes de pratique communes et de renforcer la confiance envers le secteur. Les organisations agréées reçoivent un sceau de confiance qu’elles peuvent utiliser dans leur matériel, par exemple les reçus de taxes, les brochures de programmes, les sites web et plus encore. »

L’agrément et son importance pour les associations

Je crois fermement que la participation à un processus d’agrément est extrêmement important pour toutes les associations, peu importe le type, le nombre de membres ou les recettes annuelles. La participation à un tel processus est exigeante, longue et coûteuse, mais son incidence sur l’association, sa gouvernance, sa gestion, son leadership et son personnel est, et devrait mener à des résultats positifs en matière de prestation de produits et services pour les membres en tant que sous-produit.

Selon le site web d’Imagine Canada :

Le Programme de normes consiste en un ensemble de normes communes pour les organismes de bienfaisance et sans but lucratif conçu pour renforcer les pratiques dans cinq domaines fondamentaux : la gouvernance du conseil d’administration, la responsabilité financière et la transparence, la collecte de fonds, la gestion du personnel et la participation des bénévoles.

Le programme comporte 73 normes réparties dans ces cinq catégories et, avec le Guide du Programme de normes, les associations doivent démontrer l’existence de politiques, de procédures ou de pratiques exemplaires au sein de l’association, en remplissant un formulaire en ligne lequel, une fois rempli, est signé électroniquement par le président ou la présidente de l’association et la personne qui a rempli le formulaire (généralement le ou la chef du personnel). Le formulaire est ensuite soumis à un examen préliminaire par le personnel de programme d’Imagine Canada qui donne de précieuses suggestions sur les secteurs à améliorer. Par la suite, le formulaire est officiellement soumis à un groupe d’examen indépendant constitué de leaders respectés provenant du secteur, qui décidera d’octroyer ou non l’agrément, ou qui jugera que des améliorations sont requises avant de permettre un nouvel examen, et d’octroyer ou de rejeter la demande d’agrément.

Le Programme de normes comporte trois niveaux, et le niveau désigné d’une association est fondé sur la taille de l’association et ses recettes annuelles. Bien que le processus ait nécessité considérablement de temps et d’efforts, je crois qu’il en valait la peine pour notre association et pour ses membres, car il a aidé à démontrer à chacun dans l’association ce que nous faisions bien
et ce qui devait être amélioré à tous les échelons de l’organisation. Dans le communiqué de presse diffusé en mai 2014 annonçant la liste des nouveaux organismes agréés, Imagine Canada utilisait quelques citations de participants au programme présentant leurs impressions et ce qu’ils avaient appris, l’une de ces citations étant la mienne :

« La participation au Programme de normes a renforcé les capacités de notre association, puisque le processus nous a « obligés » à revoir de fond en comble les éléments indispensables pour faire fonctionner une association et à créer des normes qui nous serviront de référence. J’encourage toutes les associations au Canada à participer au Programme. Il vous demandera beaucoup de travail et des ressources, mais le résultat vaut vraiment la peine. »

L’agrément n’est pas un produit ou service traditionnel

Tel que mentionné précédemment, le processus d’agrément en lui-même n’est pas un produit ou service direct ou traditionnel pour les membres, mais plutôt le moyen d’atteindre un but – il contribuera à améliorer le développement et la prestation de programmes et services aux membres de l’association. La meilleure façon de faire valoir mon point est peut-être de citer un passage de la publication de la SCDA Canadian Association Management, à laquelle j’ai contribué au chapitre 13 – Produits et services. Pour clore le chapitre, j’énonçais ce qui suit :

« Afin d’augmenter la valeur pour les membres actuels, d’en attirer de nouveaux, d’offrir de nouveaux programmes et services et de créer un nouveau flux de revenus le plus économiquement possible, les associations doivent apprendre de nouvelles manières de mener leurs affaires afin d’assurer le succès futur. Elles doivent sortir de leur « zone de confort », devenir des associations à rendement élevé qui livrent des produits et services à rendement élevé. Le directeur d’association astucieux connaît et agit sur la corrélation entre le fait d’être une association à rendement élevé et la prestation de produits et services à rendement élevé. Le moyen d’y parvenir passe par la mise en application de processus de changement, la pensée innovatrice, la reconnaissance des tendances de l’association et autres, la nouvelle technologie et le renseignement dans le secteur sans but lucratif. »

Les phrases clés dans cette citation sont les suivantes : – sortir de leur « zone de confort », devenir des associations à rendement élevé qui livrent des produits et services à rendement élevé et la mise en application de processus de changement. Après la participation de notre association au Programme de normes d’Imagine Canada, je crois fermement que d’autres associations tireraient également profit d’une telle participation car elle nous « oblige » à revoir de fond en comble tous les aspects du fonctionnement de l’association – gouvernance, gestion, aspects financiers, collecte de fonds et bénévoles et, bien entendu, en quoi tous ces éléments ont une incidence sur le développement et la prestation efficaces de programmes et de services. La participation à ce processus d’examen, même si l’agrément n’est pas octroyé, demeure très utile car elle aide l’association à connaître ses lacunes et ses forces, et à devenir mieux organisée et gérée. Ce faisant, les membres de l’association reçoivent de meilleurs programmes et services.

Ce dernier élément est, somme toute, ce à quoi s’attend un membre d’une association et je crois que l’obtention d’un agrément aidera à faire en sorte qu’une association est, et demeure, une association à rendement élevé. Cette association gagnera le respect et l’appui tangible de ses membres, qui renouvelleront leur affiliation à l’association, non seulement pour soutenir la cause ou la profession, mais aussi parce cela aura du sens du point de vue des affaires, et parce qu’ils seront très satisfaits des produits et services qu’ils reçoivent de l’association grâce à leur adhésion.